Présentation du Festival

FFurie a vu le jour à l’initiative de plusieurs copines appartenant à des collectifs féministes. Cela nous a permis de nous rencontrer et de nous organiser dans la diversité de nos pratiques autour des questions de féminisme et de genres. Une manière de créer des passerelles entre nous.

FFurie est un festival feministe. Féministe parce que s’affirmer en tant que tel aujourd’hui semble dépassé. On nous vend l’égalité hommes-femmes comme si la parité suffisait – par des chiffres et des quotas – à supprimer la domination masculine. Mais nous ne voulons pas nous en contenter parce que nous vivons toujours dans une société patriarcale où les hommes restent privilégiés, parce que certains de nos droits sont bafoués et d’autres continuent d’être menacés.

Aussi nous souhaitons, lors de cette semaine, visibiliser et sensibiliser aux pratiques et aux théories féministes et aussi évoluer dans des espaces « safe », des espaces où l’on  se sent en confiance et sans risque d’agressions physiques ou verbales.

C’est notamment pourquoi une grande partie de la semaine se déroulera en non-mixité. Par non mixité nous entendons des moments et des espaces ouverts à toutes les personnes se définissant comme meuf, gouine, trans ou bisexuelle ou plusieurs à la fois.

FFurie se veut aussi le prétexte pour sortir du train-train de nos collectifs, une manière de rendre publiques les organisations féministes,  ce qu’on y fait et ce qui nous anime.

Cette semaine sera l’occasion de se rencontrer autour de projections de documentaires sur le mouvement du FHAR et sur la transsexualité, de discussions à partir d’une écoute de radio, d’ateliers d’écriture ou de lecture collectives, d’inaugurer la bibliotheque féministe, mais aussi de faire du yoga, de la linogravure, des pochoirs… Et bien sûr de faire la fête !

VIVONS FFURIEUSEMENT !

1 comment so far ↓

#1 c. on 01.27.13 at 11:59

yo !
ce festival était vraiment super, carrément chouette, et super funny fun !
c’était génial, tout était top !
tarée, c’était une semaine assez tarée.
c’était trop fou.

Leave a Comment